Fidélisation des salariés : 8 stratégies à mettre en place

dernière mise à jour:
25/11/2021
25/11/2021
8
minutes à lire
Justine Uribe
Découvrez le guide de la fidélisation et de la rétention des employés
Table des matières

La guerre des talents est bien présente et elle n'est pas près de se terminer.

De nombreuses entreprises repensent leur processus de recrutement, de la rédaction des annonces d'emploi aux évaluations des compétences en passant par les entretiens. Certaines arrivent alors à attirer des candidats motivés et talentueux et même à embaucher les meilleurs d'entre eux.

Si cela peut être considéré comme un succès, la bataille n'est pourtant pas gagnée.

La signature d'un contrat de travail ne signifie pas que votre nouvelle recrue va travailler pour votre entreprise durant le reste de sa carrière. Le CDI n'est plus synonyme d'un emploi pour la vie.

Les professionnels n'hésitent plus à changer de poste dans la recherche d'une meilleure qualité de vie au travail, d'une opportunité de développement des compétences ou même d'un employeur qui partage les mêmes valeurs.

Pour éviter un turnover du personnel coûteux et une perte en compétences importante, il est alors essentiel de mettre en place une stratégie de fidélisation et de rétention des talents. C'est une manière pour l'entreprise de maintenir un avantage compétitif et se démarquer de ses concurrents.

Alors, quels sont les réels enjeux de la fidélisation des salariés ? Quels sont les indicateurs RH à suivre ? Et que faire pour donner envie à vos salariés de continuer à travailler pour votre entreprise ?

Qu'est-ce que la fidélisation des salariés ?

La fidélisation des salariés, que l'on appelle parfois rétention des salariés, regroupe les stratégies mises en place par un employeur pour motiver ses collaborateurs à continuer à travailler dans l'entreprise. 

En d'autres termes, il s'agit des actions visant à renforcer l'engagement pour l'organisation et ainsi éviter que les salariés ne partent pour la concurrence.

La fidélisation des salariés est ancrée dans l'expérience collaborateur. Plus cette dernière est positive, plus les salariés sont susceptibles de rester longtemps dans l'organisation.

Pourquoi la fidélisation des individus compétents est-elle nécessaire ?

La fidélisation des salariés comporte de nombreux enjeux RH, notamment :

  • renforcer l'engagement et la motivation des salariés ;
  • réduire l'absentéisme et le taux de rotation :
  • améliorer le cadre et l'ambiance de travail ;
  • amplifier l'impact de l’image de marque employeur ;
  • limiter la perte en compétences liée aux départs des salariés ;
  • maintenir la compétitivité de l'entreprise ;
  • réduire les coûts liés à des recrutements trop fréquents.

Toutes les entreprises sont concernées par la fidélisation des salariés, quelle que soit leur taille ou leur secteur d'activité.

Une étude de The Workforce Institute révèle que 51 % des Français affirment que les voix des personnes sous-représentées dans l’entreprise ne sont pas entendues. Parmi les jeunes professionnels 80 % d'entre eux ne se sentent pas écoutés. Et une personne sur trois préfère démissionner plutôt que d’exprimer ses préoccupations au travail. Cela s'explique en partie par un manque d'écoute et de communication de la part des managers et des services ressources humaines.

Dans un contexte de guerre des talents, les entreprises ne peuvent pas se permettre de perdre leurs meilleures compétences.

Et le risque de départs prématurés des salariés n'a jamais été aussi grand qu'aujourd'hui.

Si l’avènement d’Internet et de la mondialisation a multiplié les moyens pour trouver, attirer et recruter les meilleurs talents, il est devenu aussi plus difficile de retenir et de fidéliser ses salariés.

Avec les réseaux professionnels comme Linkedin, tout professionnel, même déjà en poste, peut être débauché par un concurrent. La professionnalisation du sourcing de candidats en entreprise et le développement des agences de recrutement généralistes et spécialisées ont démocratisé l’activité de “chasse de tête”.

Dans certains secteurs, comme l’informatique et le digital par exemple, les entreprises font des pieds et des mains pour attirer les meilleurs professionnels. Ainsi, il n’est pas rare qu’un développeur web reçoive au moins un message de la part d’un recruteur par semaine ou même par jour !

Lorsque l’on est aussi convoité, il est difficile de ne pas être curieux de savoir si l’herbe est plus verte ailleurs. Là est tout l’enjeu de la stratégie de rétention des employés.

Il s’agit de donner envie à vos salariés de continuer à travailler pour vous malgré toutes les autres opportunités externes. Et lorsque l’on sait que la génération Z a la bougeotte, la tâche n’est pas simple.

À cela s'ajoute un phénomène : "the Great Resignation" ou "la Grande Démission". Comme son nom l'indique, il désigne la vague de démissions observées depuis le début de la crise sanitaire. Né aux Etats-Unis, ce mouvement s'étend à travers le monde et notamment en Europe.

Il existe donc de nombreuses raisons pour mettre en place une stratégie de fidélisation des salariés.

Les leviers de la fidélisation des salariés

Dans une stratégie de fidélisation des salariés, de nombreux facteurs entrent en compte.

On retrouve toutefois 6 principaux leviers :

  • Un processus de recrutement attractif. La fidélisation des salariés commence dès l'embauche. Il s'agit de démarrer une relation de travail en confiance et sur des bases saines.
  • Un onboarding efficace. La période d'intégration est essentielle pour l'expérience collaborateur. La nouvelle recrue doit avoir accès à tout ce dont elle a besoin, sur le plan matériel et informationnel, pour une prise de poste optimale.
  • Un style de management approprié. Pour offrir une expérience collaborateur positive, pensez à agir sur le style de management de votre organisation. Un style de management participatif ou délégatif accorde de l'importance à vos collaborateurs et contribue à un fort sentiment d'appartenance à l'entreprise.
  • Une politique de développement des compétences et de carrière agile et performante. Les compétences ont une durée de vie de plus en plus courte. En tant qu'employeur, vous devez vous assurer que vos salariés possèdent les aptitudes nécessaires pour réaliser leur travail et qu'ils soient informés des possibilités d'évolution et de mobilité interne.
  • Une rémunération juste et attrayante. Il est difficile, voire impossible, de fidéliser ses salariés sans les payer à leur juste valeur. Veillez alors à proposer une rémunération cohérente ainsi que des avantages sociaux.
  • Un cadre de travail agréable et sain. Si l'ambiance de travail a une place importante dans les critères de satisfaction au travail, ce n'est pas suffisant. L'entreprise doit adopter une approche proactive dans la prévention des risques du travail sur la santé physique et mentale de ses salariés.

Rétention des employés : les indicateurs RH à suivre

Avant de mettre en place des stratégies de rétention des employés, il est important de décider des indicateurs RH à suivre pour observer l'efficacité de vos actions.

Nous vous présentons les plus populaires d'entre eux.

L'Employee Net Promoter Score (eNPS)

L’eNPS est un indicateur utilisé pour évaluer la satisfaction des collaborateurs. Il sert à mesurer la probabilité que vos salariés recommandent votre entreprise comme lieu de travail.

Il est fortement inspiré du Net Promoter Score utilisé pour évaluer la satisfaction client.

Son obtention passe souvent par l'envoi d'un questionnaire anonyme à vos collaborateurs comportant la question suivante : 

Sur une échelle de 0 à 10, quelle est la probabilité que vous recommandiez [nom de l'entreprise] comme employeur ?

Les réponses reçues peuvent être classées en trois catégories :

  • Notes de 0 à 6 (les détracteurs). Les salariés ne sont pas satisfaits et ne recommandent pas l'entreprise comme employeur.
  • Notes de 7 à 8 (les passifs). Les employés sont assez satisfaits mais de nombreux facteurs sont à améliorer.
  • Notes de 9 à 10 (les promoteurs). Les employés sont globalement très satisfaits et positionnent l'entreprise comme un employeur de choix.

Pour obtenir l'Employee Net Promoter Score, il suffit de calculer le pourcentage de promoteurs et le pourcentage de détracteurs parmi vos réponses et ensuite de soustraire le taux de détracteurs à celui des promoteurs.

Voici un exemple :

Sur 100 réponses, vous avez reçu 55 notes promoteurs (55 %); 15 notes détracteurs (15 %) et 30 notes passifs (30 %)

Calcul de l'eNPS : Promoteurs (55 %) - Détracteurs (15 %) = 40 %

L'Employee Net Promoter Score (eNPS) est donc de 40 %.

L'interprétation du score obtenu est la suivante :

  • Score supérieur à 0 : acceptable
  • Score entre 10 et 30 : bon
  • Score supérieur à 30 : excellent

À cause du caractère abstrait de cet indicateur (on ne connaît pas les raisons du choix des scores), il ne se suffit pas à lui-même et s'ajoute à d'autres indicateurs.

Le niveau de bien-être

L'évaluation du bien-être en entreprise est unique à chaque organisation.

Toutefois, il est essentiel de mesure cet aspect. Le bien-être au travail est un facteur primordial de la fidélisation des salariés.

Pour le mesurer, vous pouvez proposer à vos collaborateurs de remplir un questionnaire anonyme.

Voici des exemples de questions à inclure dans un sondage de bien-être au travail :

  • Les équipements et le lieu de travail. Avez-vous accès à tous les outils et logiciels dont vous avez besoin pour travailler ? Pensez-vous que votre lieu de travail est agréable ?
  • Le management. Comment évaluez-vous la communication avec votre manager ? Votre niveau d'autonomie est-il satisfaisant ?
  • Le bien-être mental. Comment évaluez-vous votre niveau de stress ? Êtes-vous satisfaits des mesures de prévention de l'entreprise au sujet du bien-être psychologique ?
  • Le bien-être physique. Avez-vous déjà eu des troubles musculosquelettiques liés à l'exercice de votre métier dans l'entreprise ? Êtes-vous satisfaits des mesures de prévention de l'entreprise au sujet du bien-être physique ?
  • Le sentiment d’appartenance et d’intégration. Vous reconnaissez-vous dans les valeurs de l'entreprise ? Comment évaluerez-vous votre implication dans les décisions et le développement de l'entreprise ?

Bien entendu, cette liste est non exhaustive. Il peut être intéressant de proposer un mélange de questions fermées et ouvertes ainsi qu'une échelle d'évaluation, de 1 à 10 par exemple.

Il est judicieux de faire un état des lieux du bien-être au travail à l'instant T et de réaliser des mesures régulières après la mise en place de vos actions d'amélioration. Ainsi, vous aurez des informations précieuses sur leur efficacité.

Continuez la lecture sur ce sujet avec notre article sur le bien-être au travail.

Le taux de turnover volontaire et involontaire

Un départ volontaire est différent d’un départ involontaire.

Ainsi, surveiller votre taux de turnover volontaire et involontaire peut vous aider à identifier les problématiques auxquelles votre entreprise fait face.

Généralement, un taux de turnover élevé (supérieur à 15 %) est révélateur d’une mauvaise rétention des salariés.

Un turnover involontaire élevé révèle souvent un problème avec votre processus de recrutement. Cela peut signifier que les profils recrutés ne conviennent pas à votre entreprise, pour une raison à déterminer.

Un taux de turnover volontaire élevé montre parfois que vos collaborateurs ne sont pas satisfaits de leurs conditions de travail, de l'ambiance de travail ou encore, de la culture de l'entreprise.

Toutefois, cet indicateur est à prendre avec des pincettes car d’autres facteurs peuvent être à l’origine d’un taux de turnover élevé. Une entreprise qui a réalisé de nombreux recrutements une année donnée peut avoir un taux de roulement élevé, alors même que peu de salariés ont quitté l’entreprise.

De plus, certains secteurs ont, de par leur nature, des difficultés à retenir et à fidéliser leurs salariés. C’est notamment le cas du secteur de l’informatique où les technologies évoluent rapidement. La guerre des compétences y est très présente. 

De manière différente, les secteurs de l’hôtellerie et de la restauration sont souvent soumis au travail saisonnier. Ainsi, il est plus difficile de fidéliser les collaborateurs sur le long terme.

Lisez notre guide : Turnover du personnel - tout ce qu’il faut savoir

Le taux d'absentéisme

Les absences des salariés sont coûteuses pour l'entreprise. Mais c'est également un facteur révélateur d'une dégradation du climat social.

Si vous souhaitez faire de la rétention des salariés une priorité, il est important de surveiller régulièrement le taux d'absentéisme.

Et surtout, il faut répertorier les causes des absences. Elles pourraient vous en dire beaucoup sur les éléments à améliorer.

Découvrez notre article complet : Absentéisme au travail - le comprendre pour mieux le réduire

8 conseils pour fidéliser les salariés

1. Misez sur une expérience candidat positive

Comme nous l'avons vu un peu plus haut, la fidélisation des salariés commence bien avant leur arrivée dans l’entreprise.

Pour attirer et fidéliser les meilleurs talents, vous devez proposer une expérience candidat positive.

En communiquant de façon proactive et transparente, via des feedbacks réguliers par exemple, vous marquez positivement les esprits de vos candidats. Et les premières impressions comptent.

L’expérience collaborateur commence par l’expérience candidat, il vaut mieux partir du bon pied !

2. Assurez une intégration efficace

Dans la continuité de l’expérience candidat, on retrouve le processus d’onboarding RH.

L’acceptation de l’offre ne signifie pas pour autant que la partie est gagnée. Il faut continuer à séduire votre candidat. Et surtout, il faut le conforter dans son choix.

Communiquez régulièrement avec votre nouvelle recrue et assurez-vous que les premières semaines dans l’entreprise se déroulent le mieux possible.

Une étude réalisée par Cadremploi révèle que 1 cadre sur 3 a déjà démissionné à cause d’une mauvaise intégration.

Accompagnez votre nouveau collaborateur dans la prise de poste et la découverte de l’entreprise et de son environnement. Surtout, donnez-lui l’opportunité de s’exprimer sur son ressenti et son expérience d'intégration. Cela vous permettra de rectifier le tir de vos actions d'onboarding, si besoin.

3. Veillez à la qualité de vie au travail

Le travail n'est pas neutre sur le bien-être des salariés.

Pour améliorer votre taux de rétention du personnel il est important de mettre en place des mesures pour prévenir les risques du travail sur la santé physique et mentale.

En plus des troubles musculosquelettiques qui sont fréquemment rencontrés dans les organisations depuis plusieurs années, on voit apparaître des difficultés liées à l'hyperconnexion et à de mauvaises mises en place du télétravail. Sans compter le stress chronique que subissent de nombreux professionnels, quel que soit leur métier.

Découvrez notre guide : Comment améliorer la qualité de vie au travail (QVT)

4. Proposez un plan de développement des compétences complet

Pour fidéliser vos salariés, il faut leur montrer que vous êtes prêts à investir sur eux !

Misez sur votre plan de développement des compétences. Il doit inclure l'ensemble de vos collaborateurs et leur permettre de se projeter dans l'entreprise sur le court et le moyen terme. Mais il doit être suffisamment agile pour répondre aux imprévus et aux besoins de vos salariés.

Pensez également à diversifier les modalités de formation. En présentiel, à distance, en format hybride ou sous forme de séances de coaching, les options sont multiples !

Non seulement vos salariés seront mieux équipés pour faire face aux défis qui les attendent dans leur métier, mais ils seront également plus motivés et engagés dans l’entreprise.

La formation est un levier de fidélisation des salariés très efficace.

5. Montrez de la reconnaissance envers vos collaborateurs

Si cet aspect peut paraître évident pour certains, de nombreux salariés souffrent d’un manque de reconnaissance de la part de leur employeur.

Si nous savons souvent dire ce qui ne va pas, nous n’exprimons pas toujours ce qui fonctionne bien.

Pourtant donner un feedback constructif et régulier est une bonne manière de féliciter les petites comme les grandes victoires. En plus de renforcer la motivation, cette approche permet de valoriser la contribution de chacun dans l'équipe et dans l'entreprise.

Faire preuve de reconnaissance auprès de ses employés est le maillon indispensable de toute stratégie de fidélisation.

6. Ecoutez vos salariés

Quelle est la base de toute bonne relation entre un employeur et un salarié (et entre tout être humain) ? La communication bien sûr !

Donnez à vos collaborateurs l’opportunité de s’exprimer, de faire des suggestions mais aussi de soulever des problématiques rencontrées. Et surtout, prenez le temps de les écouter.

Une bonne communication peut prévenir des démissions basées sur des malentendus ou des conflits sous-jacents.

7. Renforcez le sentiment d'appartenance

Le sentiment d'appartenance représente en quelque sorte le lien d'affection entre un salarié et un employeur.

Il est présent lorsque la culture d'entreprise est affirmée et que l'ensemble des collaborateurs partagent des valeurs communes. Mais son développement s'effectue aussi au niveau individuel. L'entreprise doit en effet accorder sa confiance envers chacun de ses membres.

En d'autres termes, l'engagement des collaborateurs est fort lorsqu'il existe un projet commun et collectif et que chaque individu est considéré comme faisant partie intégrante de l'entreprise.

La fierté d’appartenance à l’entreprise est un moteur pour la motivation de vos employés. Et pour la rétention des talents aussi.

8. Développez la diversité et l'inclusion

Une entreprise est avant tout un environnement humain, où évoluent et interagissent des personnes de tout horizon. Mais si certaines d'entre elles se sentent exclues ou incomprises, elles risquent bien d'aller voir ce qui se passe du côté de vos concurrents.

En mettant en place des mesures visant à encourager l'intelligence collective pour avancer vers un but commun, vos collaborateurs auront envie de s'investir dans votre entreprise... pour encore quelque temps.

Pour en savoir plus sur ce sujet, lisez notre article : Comment gérer, promouvoir et mesurer la diversité en entreprise ?




La fidélisation des salariés est grandement liée à leur satisfaction générale dans l’entreprise.

Si des politiques RH adaptées sont essentielles, il est important de se rappeler que l’entreprise est avant tout un lieu de vie. Ainsi, une ambiance de travail conviviale et bienveillante aura un impact positif sur la durée de carrière de vos salariés dans l’entreprise.

Une stratégie de fidélisation des salariés efficace se construit avec l’ensemble des membres de l’entreprise.


Recevez notre newsletter
Obtenez des actualités, des ressources et des conseils exclusifs pour vous aider à mieux recruter.
Merci! Votre demande a été reçue!
Une erreur s'est produite lors de l'envoi du formulaire.
Share on FacebookShare on TwitterShare on Linked In
Go to the top

Recrutez mieux, plus vite, ensemble !

Rapprochez vos équipes, boostez votre sourcing, automatisez votre recrutement et évaluez efficacement vos candidats.